Entrevue avec Angus MacKinnon

Si vous connaissez la ville ou si vous êtes d’Ayer’s Cliff, il y a de fortes chances que vous ayez déjà entendu le nom d’Angus MacKinnon. Il est l’un des directeurs de l’Expo depuis plus de 30 ans et a également été Président des éditions 2000 et 2010.

Ses connaissances de l’Exposition et de l’agriculture font de lui une figure précieuse et importante pour le paysage agricole d’Ayer’s Cliff. Pour Angus, c’est une affaire de famille depuis plusieurs générations : « Mon père a pris sa retraite de l’Expo en 1988, et je lui ai succédé. Lorsque j’étais président en 2000, j’ai su que 100 ans auparavant, mon arrière-arrière-grand-père était président de l’Exposition d’Ayer’s Cliff. »

Comme nous pouvons le voir, la famille MacKinnon est une famille très importante et impliquée au sein de l’Exposition d’Ayer’s Cliff et continue de l’être : « Mes filles sont également impliquées dans l’Expo. Ça fait partie de notre tradition et de notre culture! »

Angus MacKinnon est un agriculteur de 7e génération et a travaillé toute sa vie dans ce domaine. Pour lui, il est important de partager ses connaissances : « L’élevage de vaches laitières est une grande partie du paysage agricole, c’est donc une vitrine importante que nous voulons projeter auprès du public, » ajoute Angus.

Comme vous pouvez vous l’imaginer, le but est d’élever des animaux sains et forts. Pour se faire, les éleveurs peuvent compter sur la génétique d’aujourd’hui, mais aussi sur la technologie qui les aide grandement : « Puisque l’industrie dispose d’une grande banque d’informations génétiques et grâce à l’avènement des tests génomiques, on peut prélever un échantillon de poils sur un veau et prédire la quantité de lait que ce veau produira en tant que vache et comment il se comportera en vieillissant, » explique MacKinnon. 

Pour couronner le grand gagnant, l’Expo peut compter sur des juges invités pour l’évaluation du bétail : « Pour les vaches laitières, nous avons une liste de juges provinciaux à laquelle nous avons accès. Ils sont passés par l’école de juges, donc ils ont tous à peu près les mêmes critères de ce qu’est une bonne vache, et ils sont neutres. Ils peuvent venir de l’Ontario, des États-Unis ou du Québec, on ne sait jamais, » mentionne Angus MacKinnon.

Et quels sont ces critères? « Le placement des trayons est important pour la traite, debout sur un bon jeu de pattes, pas trop droites et pas trop courbées, et un gros barillet d’estomac. En termes simples, chez les vaches, nous recherchons la longévité; elles doivent donc avoir de bons pis pour contenir tout le lait et de bonnes jambes pour assurer une bonne mobilité. »

Chaque année, plusieurs fermes environnantes sont présentes à l’Expo, et la plupart viennent depuis quelques générations: « Nous avons généralement entre 90 et 100 Holstein qui représenteraient probablement 12 à 16 fermes différentes de la région. »

Et que remporte le grand gagnant? « Nous avons généralement un prix de 1 000$ pour la vache « Grand Champion ». C’est un grand honneur pour les agriculteurs de pouvoir dire qu’ils ont remporté un « Grand Champion » à l’Expo! » partage Angus MacKinnon.

Angus MacKinnon a remporté plusieurs prix au cours de sa longue carrière. Cependant, son souvenir préféré a eu lieu à la dernière édition et ne l’implique pas directement : « Ma fille a amené nos vaches et a remporté la bannière des éleveurs. Nous étions tous très excités! J’ai déjà gagné ce prix, mais c’était formidable de voir ma fille le gagner, j’étais très fier! » conclut MacKinnon.

A lire également